Tout juste un peu de bruit

Muzeodrome #79

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

Cette semaine, je vous propose trois notules plus ou moins concentrées :


👀 Illustration numérique d’après une photo d’un vieil haut-parleur, dont la forme est proche du Magnavox, un des premiers haut-parleurs créé en 1915.


1) Un siècle de radiodiffusion 💯📻

L’année 2021 est celle deux anniversaires pour la radio en France :

En 2012, le musée des Arts et Métiers présentait l’exposition temporaire “Radio : ouvrez grand vos oreilles!“. Le site web, qui accompagnait cette exposition, est toujours en ligne 9 ans plus tard. Celui-ci permet d’effectuer un petit voyage dans l’histoire de la radio (et de voir à quoi ressemblait le web au début des années 2010 avant le passage généralisé au Responsive Web Design). Sur les origines de la radiodiffusion, ce site indique “Dans les pays industrialisés, la radio apparaît entre 1921 et 1922 sous le nom de TSF (télégraphie sans fil). Les auditeurs, les « sans-filistes », s’organisent en associations et créent des stations régionales dont ils assurent la programmation. Écouter la radio est alors une expérience extraordinaire : c’est entendre le monde entrer chez soi, jusque dans les régions les plus reculées. La TSF s’écoute d’abord au casque, puis collectivement via des haut-parleurs”.

Quelques années avant cette exposition, en 2007, un musée fermait définitivement ses portes. Ouvert au sein de la maison de Radio France à Paris en 1966, le musée de Radio France présentait une extraordinaire collection :

“Pour l'amateur, le parcours des galeries du Musée de la Radio est un véritable enchantement. Chaque pièce exposée, mise en situation, lui fait vivre une étape du développement de la radiodiffusion. Du récepteur à galène au premier récepteur numérique toute la gamme des postes jalonne l'Histoire de la Radio”.

La Wayback Machine d’Internet Archive permet de visiter le site web du musée tel qu’il était en 2005/2006. Une partie de ce site web intitulé “Cyber Promenade par René Duval“ revenait sur l’histoire de la radio - extrait :

Pour prouver l'excellence de leur matériel, les ingénieurs de la SFR se livrent de temps à autre à quelques expériences de radiotéléphonie. Ainsi, le 26 juin 1921, à l'occasion d'une manifestation en l'honneur de Branly, dans la salle des ingénieurs civils de France, rue Blanche à Paris, ils émettent un petit discours, rappelant le rôle joué par le savant à l'origine de la T.S.F, et un peu de musique.”

Il est nécessaire de rappeler ici un important fait historique : c’est la radio qui a sauvé la tour Eiffel du démantèlement.

”A ses débuts, la Dame de Fer était la plus haute tour du monde, Gustave Eiffel tira profit de cet atout majeur pour la doter d’une utilité scientifique et ainsi, la sauver du démantèlement. Il multiplia les expériences scientifiques pour donner à la Tour une chance de subsister au-delà des 20 ans de durée de vie initialement prévue…”

Le 23 mars 2021, la tour Eiffel revenait sur son histoire et soulignait l’importance des innovations radiophoniques dans sa sauvegarde. En mémoire de cet héritage, le quai qui la jouxte se nomme Quai Branly depuis 30 janvier 1941.


2) Écouter la boîte à outils 👂🧰

Dans le cadre de mes enseignements dans le Master 2 Musées et Nouveaux Médias à l’Université Sorbonne Nouvelle, j’ai eu le plaisir de donner cours à Bérénice Billiez pendant l’année universitaire 2017-2018. Au cours de cette année, celle-ci a apprit à mobiliser les technologies numériques pour répondre aux problématiques de transmission, de diffusion et de partage. Aujourd’hui, Bérénice est consultante indépendante en communication digitale et médiation culturelle. Au quotidien, elle conseille et accompagne les professionnel·le·s de la culture afin de les aider à rendre visibles leurs actions auprès de leurs publics, leurs partenaires ou mécènes. En avril 2021, elle a lancé le podcast cultureandcom.

Pourquoi le podcast “cultureandcom“ ? A qui s'adresse-t-il ?

J’ai imaginé cette chaîne comme une boîte à outils à destination des professionnel·le·s de la culture. Le but est de répondre à des questions concrètes du terrain et donner des premières pistes de lecture sur des thématiques plus générales.

Au fil des numéros, le temps de chaque épisode s'est considérablement allongé - as-tu une explication ?

Très vite, je me suis rendue compte que l’on peut difficilement imposer une durée quand nous sommes sur des formats d’échanges. Pour l’anecdote, l’épisode le plus long de ma chaîne comptabilise le plus d'écoutes et le meilleur taux de rétention. Je pense que la qualité des informations fournies est plus importante que la durée en tant que telle.

Beaucoup de musées ont créé des podcasts ces derniers mois, que penses-tu de ce tournant médiatique ?

Les musées, en se positionnant sur ce média, ont répondu aux nouvelles habitudes de leur communauté en ces mois de confinement, ce qui est particulièrement positif. Selon moi, ce tournant médiatique est cohérent avec toute la stratégie numérique mise en place depuis 2020 pour garder contact avec le public. 

Désormais, les questions qu’il faut se poser sont plutôt : “Est-ce que ces chaînes vont subsister ?”, “Est-ce seulement le résultat d’une “tendance” due à la COVID ?”.

Un conseil pour celles et ceux qui voudraient se lancer ?

Il ne faut pas spécialement beaucoup de matériel pour se lancer. Le plus important est de travailler son contenu et sa ligne éditoriale et d’avoir une bonne organisation en termes de calendrier de diffusion.

Un podcast à recommander ?

Je conseille la chaîne Femmes d’artqui est un podcast dédié aux femmes artistes qui sont souvent peu visibles.


3) Toutes différentes 🟦🟩

En vous baladant dans une ville, vous croisez les affiches d'une exposition. Si le fond de chaque affiche est identique, elles ont toutes quelque chose qui les rend différentes les unes des autres. Cette campagne d’affichage surprenante se déploie à Genève pour l’exposition “Chrysanthèmes, dragons et samouraïs“ présentée au Musée Ariana.

👀 Ouvrez l'œil et découvrez 35 affiches uniques dans les rues de la Ville de Genève! Jusqu'au 17 juin, notre nouvelle campagne d'affichage vous présente le travail réalisé par l'illustrateur genevois Fred Fivaz avec le concours de 172 élèves du secondaire, de personnes en situation de handicap mental et de jeunes migrant.e.s.Musée Ariana.

Pour ce projet, Fred Fivaz a dessiné une image en noir et blanc. Image reproduite sur une affiche que des co-dessinateurs et des co-dessinatrices ont complété par des motifs réalisés avec des feutres roses, bleus ou verts. Le résultat de ce travail en commun attrape le regard (voir les 8 exemples publiés en février 2021 dans les pages de la Tribune de Genève).

Bonus : pour les amateurs, les affiches présentent aussi un QR code, qui une fois scanné avec l’application Instagram, permet d’accéder un ensemble de filtres en “réalité augmentée”.

~ ~ ~ ~ ~

👉 Vous aimez ce numéro ? Signifiez le en cliquant sur un 💜 (ci-dessous ou ci-dessus).

👉 Si vous découvrez cette infolettre aujourd'hui, abonnez-vous pour ne pas manquer les prochains numéros.

👉 Pour soutenir Muzeodrome, il vous suffit de recommander l’infolettre à un·e ami·e. Cette démarche simple aide beaucoup le projet.

Share Muzeodrome

🙏 Prenez soin de vous - Restez connecté

A tout soudain,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/ }

Ps1 : Merci à @dr_kouk pour sa relecture de ce numéro et des précédents.

Ps2 : Le titre de ce numéro est un fragment du texte de la chanson “Comme a la radio” de Brigitte Fontaine.