Je suis venu en premier

Muzeodrome #5

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, une infolettre subjective qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

~ ~ ~ ~ ~

Voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine : 

1) #NePAS lécher, SVP !

Lorsque j'ai créé le générateur d'interdictions imaginaires dans les musées, je n'avais pas supposé que certaines pourraient passer dans le réel, et pourtant... Un événement survenu au Musée Saint-Raymond (Toulouse) confirme que les frontières entre les fictions et la réalité sont très poreuses. Comme le précise le musée : "un visiteur a cru bon de tester la marchandise (non alimentaire) de la boutique du bout de la langue 😬🤐". Incroyable ? Peut-être pas tant que cela ! Plusieurs pistes indiquent, que tester la nature d'une matière avec la langue est enseigné dans certains cursus dont celui de géologue (comme le montre en détail cette vidéo de Science de comptoir). A moins que cet enseignement soit une fiction ?

/Merci à Lydia Mouysset et @Colpizen

2) Venez nous voir en chair et en os

"Come see us in the flesh". The Vagina Museum (Londres, UK) est le premier musée à prendre chair consacré aux vagins, aux vulves et à l'anatomie gynécologique. Le projet de création d'un musée sur ce sujet a été initié lorsque sa fondatrice, Florence Schechter, a découvert qu'il existait un musée du pénis en Islande (the Icelandic Phallological Museum) mais qu'il n'existait aucun équivalent pour le vagin. Lancé en 2017, le projet a commencé avec des expositions et des événements à travers la Grande Bretagne. Le musée s'est installé en octobre 2019 à Camden Market et propose sa première exposition gratuite depuis novembre : "Muff Busters: vagina myths and how to fight them". Le Vagina Museum présente son thème avec beaucoup d'humour et de pédagogie, comme le montre sa boutique en ligne et son compte Instagram. La page erreur 404 de son site Web (#Museum404) vaut aussi le coup d’œil. D’ici quelques années, le musée envisage de s'installer dans un bâtiment permanent (on lui souhaite le plus rapidement). Longue vie au Vagina Museum…

Note : Mauvais blagueurs passer votre chemin, le musée ne sera pas fermé une semaine par mois.

/Merci à @jaimelesmuses

3) Jouer avec ADA

Avez-vous déjà joué avec ADA ? Voici quelques phrases extraites de la présentation du dispositif par Karina Smigla-Bobinski, l'artiste qui l'a imaginé : "Rempli d'hélium, flottant librement dans la pièce, [ADA est] un globe transparent en forme de membrane, piqué de fusains qui laissent des traces sur les murs, les plafonds et les sols... Le visiteur cherche à contrôler ADA, à la pousser, à la domestiquer. Quoi qu'il essaie, il s'apercevra très vite que ADA est un·e interprète indépendant·e, tapissant les murs d'origine blancs de dessins et de signes.". Faites comme Mister S. (4 ans), allez vous confronter à ADA qui est présenté·e jusqu'au 21 décembre au Pavillon Carré de Baudouin (Paris 20ème) dans le cadre de l'exposition "Le silence du mouvement" (commissariat Eko Sato).

Note : ADA avait déjà été montré à Paris en 2016 dans l'exposition "100 pour cent" à La Villette (présentation vidéo).

4) Noël ensemble ?

Pendant ce mois de décembre, #MuseumsTogether (UK) propose le hashtag #MuseXmas 🎄 pour célébrer Noël, avec chaque jour un mot-clé complémentaire. Le 1er décembre, ce mot-clé était #GreetingsFrom. Pas certain que l'opération soit très suivie, mais qui sait la magie de Noël peut passer par là... Par ailleurs, beaucoup de musées proposent, comme chaque année, des calendriers de l'avent à suivre sur leurs comptes dans les réseaux socionumériques, j'y reviendrai dans un prochain numéro de Muzeodrome.

/Merci @solweigmary

5) Avez-vous de l'expérience ?

Maryellis Bunn (27 ans) est la fondatrice du fameux "Museum of Ice Cream" (voir le #2 de Muzeodrome) et de Figure 8. Interviewée en octobre par le magazine Web Madame Architect, elle indique qu'à son avis la raison pour laquelle les gens passent de plus en plus de temps en ligne est le manque "d'expériences créatives fructueuses et significatives et d'espaces plus engageants". Elle propose aussi le mot "Experium" pour définir ces lieux d'expériences "instagrammables" qui ne sont pas des musées.
Les "Experiums" vont-ils se multiplier dans les années à venir ?

~ ~ ~ ~ ~

Merci pour votre attention.

🙏 Soutenez ce bulletin d'information un peu décalé en l’envoyant dés maintenant à un·e ami·e ou, mieux encore, contactez-moi pour une mission créative !

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici. Muzeodrome compte déjà plus de 300 abonné·e·s, pourquoi pas vous ?

⚡ Cette semaine, une idée folle est venue habiter mon cerveau, et si pour Noël ce nombre dépassait les 500. Je compte sur vous et aussi un peu sur le père Noël 🎅.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/

Ps : le titre de ce numéro de Muzeodrome est la traduction du message affiché sur le pin's du Vagina Museum.