Nos points de contact

Muzeodrome #27

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

💥 Aujourd'hui lundi 4 mai 2020, avec ce numéro 27, cette lettre fête ses 6 mois d'existence. Vous êtes maintenant plus de 1000 abonné·e·s à celle-ci > merci pour vos soutiens répétés. Depuis son lancement, l'infolettre a publié plus de 100 notules > c'est un beau chemin parcouru. Si on projette Muzeodrome dans le futur, des “extensions” au delà de l'infolettre sont envisagées mais il est encore trop tôt pour en parler.

~ ~ ~ ~ ~

En ces temps étranges et incertains, voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine :

1) Colorier c'est gagner 🖼️🎨

Lancé en 2016 par la bibliothèque de l'Académie de médecine de New York, #ColorOurCollections invite chaque année (pendant une semaine - en février) les bibliothèques, musées, archives et autres institutions culturelles du monde entier à partager des coloriages basés sur des documents de leurs collections. Ces coloriages, qui restent accessibles en ligne, peuvent être téléchargés gratuitement. Depuis le début du confinement, de nombreuses institutions ont partagé des coloriages sur le modèle de #ColorOurCollections. Mais, était-il possible d'aller plus loin ? De proposer, en plus des images, un véritable outil de coloriage en ligne ?

Le Musée de Cluny, musée national du Moyen Age (Paris), a lancé le 29 avril 2020, son imagier interactif : imagier.musee-moyenage.fr . “N'ayez pas peur de dépasser et d'y aller franco, vous n'en serez que plus réaliste. Les artistes des ateliers médiévaux travaillaient souvent à la chaîne et n'avaient parfois pas le temps de s'appliquer”. Laurent Gontier (voir Muzeodrome 20), à l'initiative de ce projet, débuté dans les premiers jours d'avril 2020, nous en dit plus sur la conception et la réalisation de celui-ci: “Tout s’est déroulé très vite : l’intuition que les familles risquaient de manquer de papier pour imprimer les coloriages qu’on voyait fleurir un peu partout, un prototype bricolé dans la matinée, un échange mail avec Aline [voir ci dessous] au cours duquel on se rend compte par hasard qu’on explore les mêmes pistes, suivi rapidement d’une commande du musée. J’ai rapidement attaqué la production sur le logiciel Construct 3 qui sert à la base à la création de jeux en html5. [….] L’ensemble a été réalisé dans la plus grande liberté créative, en lien régulier avec Aline pour coller avec l’esprit du musée”. Aline Damoiseau, chargée des relations presse et de communication éditoriale du Musée de Cluny, nous précise les objectifs et les évolutions envisagées : “Qu'est-ce que le musée, avec ses valeurs, pouvait apporter dans cette période ? Un coloriage, ça permet d'accompagner les parents. Pour les adultes, c'est aussi une ouverture, une rêverie, vers un monde médiéval "exotique". Nous voulions que les yeux et les mains soient les seuls points de contact avec l'œuvre, sans modèle. Une approche sensorielle en lien avec notre programmation culturelle a (re)venir. Taille du pinceau, texture... plus que nos coloriages à imprimer, la webapp offre une grande liberté d'interprétation. Nous envisageons déjà des évolutions, pourquoi pas une traduction, parce que le coloriage est universel”.

Cette belle réalisation, qui souligne aussi toutes les limites de la dextérité de ses utilisateurs, montre que le web reste un territoire numérique fertile aux expérimentations. #imagiercluny

2) Ne plus toucher 👉🚫

Il y a quelques semaines, dans les musées, les panneaux classiques d'interdiction (“Ne pas toucher”) s'opposaient aux messages envoyés par les dispositifs numériques (“Appuyer ici”). La situation lors de la réouverture des musées risque d'être différente.

Nous savons toutes et tous que le virus SARS-CoV-2 peut se déposer et rester actif pendant un nombre d'heures variable sur les objets. Même pour les personnes qui ne sont pas mysophobes, l’angoisse des surfaces infectées s'est imposée. La distanciation ne s'opère pas qu'entre les personnes, elle est aussi effective avec les objets. Tant que le virus circule dans une région, les musées peuvent difficilement y proposer des dispositifs à toucher qu'ils soient numériques ou pas (voir la note ci-dessous). Pour éviter tout risque, il faudrait nettoyer très méticuleusement le dispositif après chaque utilisateur.

Les musées lors de leur réouverture, parmi l'ensemble des mesures sanitaires mises en place, devront probablement garder, pendant un certain temps, leurs écrans tactiles éteints et ne pas proposer de guide de visite mobile (audioguide, smartguide...) . Un article de The Art Newspaper daté du 30 avril 2020 indiquait les mesures de sécurité strictes envisagées lors de réouverture des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, prévue le 19 mai : quota d'entrées par heure, circuit à sens unique, nombre de personnes limité par salle... L'article précisait aussi que les audioguides ne seraient pas proposés. Pour certains, comme SMARTIFY, cette situation marquerait la victoire définitive de l'approche BYOD (« bring your own device » - « prenez vos appareils personnels »).

Il est impossible de prévoir combien de temps va durer la pandémie actuelle, mais une chose est certaine : les nouveaux projets numériques des musées devront intégrer ces nouvelles contraintes.  

Note : le Cimam, Comité international pour les musées et collections d’art moderne, publiait le 28 avril 2020 un document contenant 20 précautions pour les musées pendant la crise sanitaire. (Voir la précaution n°14 qui recommande de retirer “si possible tous les objets manipulables” "et de “suspendre l'utilisation des audioguides”).

/Merci à Elisabeth Gravil-Gilbert et Marta Maria Peinador

3) Les sons des musées 🏛️👂

Est-ce que les sons des musées vous manquent ? Les lieux culturels sont moins silencieux que l'on ne pourrait le penser. L'ambiance sonore fait même partie de leur expérience sociale. Pour vos oreilles, je propose trois ressources :

Un musée très particulier s'intéresse depuis plusieurs années aux sons des musées et les collectent : The Museum of Portable Sound (UK). Nous reviendrons dans un prochain numéro sur ce projet initié par l'artiste multidisciplinaire John Kannenberg...

Note : l'idée de cette notule m'est venue est lisant un article publié le 1er mai 2020 par journaliste Frédéric Choulet dans Le Parisien : “En manque de métro, ils écoutent en boucle les sons de la RATP sur Internet”. (Via @Suprbo)

4) Virtuelles et populaires ? 👁️‍🗨️🥈

Au début du confinement, les médias ont beaucoup parlé de l'extraordinaire succès des visites virtuelles de musées. Le 30 avril 2020, Michael Alexis publiait un article dans le site web Museumhack (USA) en se basant sur les tendances des données de recherches web disponibles dans Google Trends. Il est important de rappeler ici que les infographies proposées par cet outil peuvent être discutées sur de nombreux points dont celui de ne “pas de connaître le volume d'une recherche, [mais] seulement de visualiser l'évolution de sa popularité”.  

Michael Alexis déduit de son analyse de données que “les visites virtuelles de musées ont été populaires pendant 4 jours et que depuis les internautes ont porté leurs recherches sur d'autres centres d'intérêts. Il en met trois en avant : les contenus en ligne pour les enfants, les idées de rendez-vous pendant le confinement, et les choses à lire. Pour prolonger l'article, j'ai effectué dans Google Trends une recherche avec les quatre requêtes principales proposées par Michael Alexis mais d'un coup (pour les USA sur un laps de temps de 90 jours). Le résultat obtenu m’a semblé moins franc que celui présenté dans l'article. J'ai poursuivi par une recherche pour la France avec “visite virtuelle de musée”, “musée en ligne”, “rendez-vous confinement” et “art confinement”. Puis, j'ai effectué une dernière recherche plus globale pour la France avec “visite virtuelle” et “podcast”. Devinez laquelle des deux tendances est la plus sollicitée ?

Sans trop s'engager, on peut remarquer qu'après un pic totalement exceptionnel le 22 mars 2020, les visites virtuelles seraient actuellement toujours recherchées en France sur Google, mais beaucoup moins que les podcasts dont l'appétence aurait encore un peu augmentée ces dernières semaines. Qu'en pensez-vous ? Les publics seraient-il en recherche d'autres contenus en ligne pendant le confinement ? Et après celui-ci, continueront-ils à les rechercher ?

5) Flashs du #ConfinementMuséeURL ⚡🌐

Vous les avez peut-être manquées, Muzeodrome a compilé ces informations pour vous: // L'artiste Doug McAbee s'implique à fond dans le challenge #tussenkunstenquarantaine, voir sa "Vénus de Willendorf" // Connaissez-vous "Baam ! De l'art dans les épinards" ? Une série de mini-documentaires autour d’oeuvres d’art emblématiques - documentaires destinée aux enfants plus ou moins grands ;-) // Le Château de Montsoreau - Musée d’Art Contemporain (Val de Loire) ouvrira le 11 mai un "Muséodrive" > “Pour pour le prix d'un ticket d'entrée, les visiteurs pourront retirer à la billetterie du château un kit d'exposition (à installer chez eux)” // Avec la série d’articles “Revoir ses classiques”, Laure Pressac “nous rappelle ce que l’art peut dire au monde (des lecteurs, des médias, des entreprises…)” // Le Musée de valence propose régulièrement “1 jour = 1 oeuvre = 1 chanson” > un exemple ici // On me souffle cette question à l'oreillette : “C'est quoi un petit musée ?” // Et toujours des propositions intéressantes à suivre avec le hashtag #ConfinementMuséeURL //

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Prenez soin de vous - Restez connecté - Restez chez vous.

👉 Vous êtes maintenant plus de 1000 abonné·e·s à l'infolettre. Pour soutenir le projet, il vous suffit de recommander Muzeodrome à un·e ami·e et de l’inviter à s’abonner. Cette démarche simple et gratuite aide beaucoup le projet.

👉 J'ai demandé à @Archeobee, 1000ème abonnée et jeune diplômée du Master Valorisation et médiation du patrimoine archéologique de Paris 1, la raison de son abonnement : “Cette infolettre sera pour moi un super outil de veille mais aussi une source d’inspiration !”.

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/