Vers de nouvelles dimensions

Muzeodrome #38

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

~ ~ ~ ~ ~

En ces temps [toujours] étranges et incertains, voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine :

1) Somptueusement satisfaisantes 🎞️🖼️😎

Le terme "étrangement satisfaisant" (oddly satisfying) est né dans "reddit" pour décrire la qualité inexplicablement agréable que le visionnement d'une chose banale peut susciter chez le spectateur. Les vidéos étrangement satisfaisantes englobent tout, du visionnage d'engins nettoyant les trottoirs à la pression au glaçage de gâteaux marbrés en passant par des machines industrielles découpant la glaceSabrina Faramarzi dans Wired (11 avril 2018)

Vous connaissez certainement ses vidéos (sinon jetez un œil ou plusieurs par ici). Les vidéos somptueusement satisfaisantes (terme de mon invention) montrent au contraire des choses qui sont loin d'être banales et qui sont elles aussi extrêmement satisfaisantes. Dans cette catégorie de vidéos figurent celles des restaurations d'œuvres d'art et particulièrement celles de Baumgartner Fine Art Restoration, un studio basé à Chicago (membre de l'American Institute for Conservation).

Après avoir pris en 2011 la direction du studio créé par son père, Julian Baumgartner lance en 2016 une chaîne YouTube. Dans celle-ci, il nous invite à le suivre pendant les restaurations de diverses œuvres d'art : un travail mis en scène dans des vidéos qualitatives. Rapidement populaire, la chaine “Baumgartner Restoration” compte aujourd'hui plus de 1,3 millions d'abonné·e·s et 25 de ses vidéos ont été vues plus de 1 millions de fois. Un succès en ligne incontestable !

Note (13/07/2020) : le texte de la notule ci-dessus a été légèrement modifié après son envoi par mail. Si, Julian Baumgartner présente son travail dans des vidéos qualitatives et satisfaisantes, il est aussi une figure “controversée de la restauration d'œuvre d'art”. Nous y reviendrons dans un prochain numéro de l’infolettre.

2) Appelez-moi 📱🖼️

Les œuvres d'Alex Verhaest sont des explorations et des enquêtes visuelles sur la nature et les limites du langage, de la communication et des conventions sociales et sur le potentiel des récits contemporains [...] Le scénario de "Idle Times / Temps Mort" sert de base narrative à une série d'œuvres sur le suicide d'un père absent, et sur l'incapacité des membres de la famille à communiquer et à faire face à cet événement tragique.” (dossier de presse)

L'œuvre interactive présentant “La scène du Dîner” réunit tous les protagonistes de “Idle Times / Temps Mort”. Et, les visiteurs sont invités à s'engager avec cette œuvre d'une façon très particulière.

Lorsque les visiteurs appellent Peter (via un numéro de téléphone indiqué sur une carte de visite distribuée lors des expositions), ils déclenchent une conversation, ou du moins une série de monologues entre / des membres de la famille. Les membres de la famille ne communiquent pas et n'interagissent pas ; ils font de petites conversations pour briser le silence gênant”. (dossier de presse)

Cette œuvre souligne le décalage entre “la multitude de moyens de communication” et notre “incapacité à communiquer” dans certaines situations. Au delà de celle-ci, on aimerait qu'il soit plus souvent possible d'appeler des œuvres...

Note : j'ai découvert "Idle Times / Temps Mort" grâce au MOOC “Allô - Ne quittez pas!” (voir n°36 de Muzeodrome).

3) Jouer maintenant 🎮👾

Utilisée pour la première fois par Johan Huizinga, "l'expression Homo ludens insiste sur l'importance de l'acte de jouer. En effet, la thèse principale de Huizinga est que le jeu est consubstantiel à la culture". (source Wikipédia FR) 

Animée par Jean Jouberton, la chaîne Youtube "Homo Ludens" est consacrée aux mondes des jeux vidéo. Jean Jouberton dispose de deux diplômes de master 2, un à l'école du Louvre (M2 Recherche en histoire de l'art) et un second à l'Université Sorbonne Nouvelle (M2 pro Muséologie et Nouveau Média). Dans le cadre de mon poste de maitre de conférences associé à l'Université Sorbonne Nouvelle, j'ai eu le plaisir d'être un des enseignants de Jean Jouberton et d'être le directeur de son mémoire “De la manière d’exposer le jeu vidéo : trois études de cas” (2017). Depuis son ouverture, il y a deux ans, la chaîne "Homo Ludens" a publié trois vidéos : “Peinture et jeu vidéo” (février 2018) , “Le jeu vidéo, ou le temps maîtrisé” (novembre 2019) et “Jouer en noir et blanc” (juillet 2020). Chacune de ses vidéos est une étude approfondie qui a demandé un important travail de recherche et de synthèse. En les regardant vous en apprendrez beaucoup sur la grande diversité des mondes des jeux vidéo et les codes qui les animent. Je vous propose un micro-entretien avec @jean_joub et vous invite dés maintenant à vous abonner à sa chaine.  

Pourquoi cette chaîne vidéo ?
C’est à la suite d’un projet de podcast jeu vidéo qui s’est très vite arrêté que je me suis lancé dans le projet de la chaîne. Je voulais faire des vidéos sur des thèmes très larges et très transversaux un peu dans la lignée de ce que l’émission Blow Up fait avec le cinéma”.

Combien de temps te prend la production d'un épisode ?
Jusqu’à présent je n’ai pas de temps de production fixe, mais je mets globalement beaucoup de temps, même si j’ai été un peu plus rapide sur ma dernière vidéo. Disons que je ne mets pas moins de quatre ou cinq mois, parce que j’ai un emploi à temps plein et que j’ai également tendance à beaucoup procrastiner !

Une anecdote par rapport à ta chaîne ?
J’ai encore assez peu l’habitude de m’enregistrer, et j’ai pas mal de difficultés à poser ma voix. Résultat, pendant la prise de son, il m’arrive souvent de répéter en boucle certaines phrases pendant plusieurs minutes, de manière plus ou moins frénétique suivant mon degré de fatigue et de concentration. Tant et si bien qu’un jour une voisine est venue sonner chez moi pour me demander si tout allait bien...

4) En trois dimensions 🧊🧊🧊

Avez-vous déjà vu Guernica (1937) en trois dimensions ? Cette réinterprétion du tableau de Pablo Picasso réalisée par Eric Lynx Lin 軒 a été publié dans Sketchfab.

Créé à Paris en 2012, Sketchfab est une plateforme qui héberge et diffuse des contenus 3D en ligne. Son slogan : "Enter new dimensions" (Entrez dans de nouvelles dimensions). Sketchfab mobilise des technologies web et sa visionneuse 3D peut être intégrée dans n'importe quelle page web.

La plateforme s'appuie sur une importante dimension communautaire, celle-ci compte plus de 3 millions de membres enregistrés pour 3 millions de modèles 3D en ligne. Dés son origine, Sketchfab s'est fortement intéressé au patrimoine culturel. Une catégorie de sa bibliothèque de modèles 3D est consacrée à ce domaine ainsi qu'une rubrique de ses actualités. En 2015, la plateforme a lancé le programme Cultural Heritage, “qui a soutenu des centaines d'organisations et de projets grâce à des abonnements gratuits”. Sa catégorie "Patrimoine culturel et histoire" compte aujourd’hui plus 100·000 modèles 3D. La plateforme est aussi un des acteurs de l'ouverture des contenus. En février 2020, Sketchfab annonçait la possibilité pour les organisations culturelles de publier leurs modèles avec la licence CC0.

Ce nouveau support permet aux musées et aux organisations similaires de partager leurs données 3D plus ouvertement, en ajoutant des modèles 3D étonnants au domaine public, souvent pour la première fois. Cette mise à jour permet également aux créateurs 3D de télécharger et de réutiliser, de réimaginer et de remixer encore plus facilement d'incroyables artefacts, objets et scènes anciens et modernes.

Au moment où j'écris ces lignes (12 juillet 2020), Thomas Flynn, le responsable du patrimoine culturel à Sketchfab, a identifié plus de 1775 modèles 3D du patrimoine culturel avec la licence CC0 sur la plateforme. Une initiative à suivre de très près et à encourager.  

/Merci Alban Denoyel

5) Pause estivale ⏸️⛱️

Muzeodrome passe en mode "pause estivale". La publication du prochain numéro est envisagée le 17 aout 2020. En attendant, je vous invite à plonger dans les archives de l'infolettre constituées à ce jour plus de 180 notules (articles courts) distribuées dans 38 numéros.

Je termine ce numéro par une citation d'Andy Warhol. Celui-ci aurait dit/écrit “Bad taste makes the day go by faster” (Le mauvais goût fait passer le temps plus vite). Ne l'oubliez pas...

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Prenez soin de vous - Restez connecté

👉 Si vous aimez ce numéro, signifier le en cliquant sur le 💙 (ci-dessous ou ci-dessus).

👉 Pour soutenir le projet, il vous suffit de recommander l’infolettre à un·e ami·e et de l’inviter à s’abonner. Une démarche simple et gratuite qui aide beaucoup le projet.

👉 Si vous découvrez cette infolettre aujourd'hui, abonnez-vous pour ne pas manquer les prochains numéros.

A tout soudain,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/ }

Ps : Merci à @dr_kouk pour sa relecture de ce numéro et des précédents.