Au bout de la ligne

Muzeodrome #67

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

Voici plusieurs choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine :



1) Stations culturelles 🚇🗺️

Le mercredi 3 mars 2021, Lucas Destrem twittait :

Ça ressemble au plan de la #RATP. Mais regardez de + près… Voici un plan culturel et artistique du métro de #Paris. J’ai remplacé +500 noms de stations par celui de lieux d’art et de culture. En soutien à un secteur tellement fragilisé par la crise #COVID19.

👉 http://www.lucasdestrem.com/metro-culturel-paris

Originaire de Limoges, Lucas Destrem réside aujourd'hui dans le département de l'Ariège, où il est chargé d'une mission d'inventaire du patrimoine industriel pour le Pays d'art et d'histoire des Pyrénées Cathares. Géographe de formation, Lucas Destrem est passionné par la toponymie et la cartographie. Je lui ai posé trois questions sur son “plan culturel et artistique du métro de Paris et de sa proche banlieue”. Plan qui a suscité un vif intérêt depuis sa publication…

Pourquoi cette carte ? Combien d'heures pour produire celle-ci ?

Initialement, j'ai réalisé cette carte pour l'offrir à mon frère à Noël. Il vient d'arriver à Paris pour une école de théâtre. Le contexte particulier (Covid, difficultés du monde de la culture) m'a incité à la rendre public et à me rapprocher de la RATP pour cela. Je ne saurais dire le temps que la réalisation m'a pris... plusieurs longues soirées pendant le confinement de novembre-décembre !

Des réactions de musées présents ou non présents sur le plan ?

Beaucoup de réactions positives, notamment d'institutions culturelles valorisées, et j'ai été particulièrement sensible au fait que certaines auxquelles je suis attaché, comme le Pavillon de l'Arsenal ou le Musée du Luxembourg, dont l'exposition sur Mucha en 2019 est la dernière manifestation culturelle parisienne à laquelle j'ai assisté, m'aient remercié. Pas mal de déceptions aussi, et j'en ai été touché, de la part de ceux que je n'ai pas pu ou pas su conserver sur le plan. J'y vois une expression des inquiétudes du secteur, qui indépendamment du Covid, lutte en permanence pour sa visibilité !

Avez-vous été contacté pour des projets autour de la carte ?

Oui, plusieurs sollicitations. Je passe sur celles m'incitant à commercialiser le projet (les droits de propriété intellectuelle sur le plan original sont ceux de la RATP, c'est donc impossible). Sinon, quelques propositions sur l'extension du principe à toute la région Île-de-France, ou à d'autres thèmes (l'enseignement supérieur par ex.) Je manque de temps du fait d'autres engagements et d'autres projets, mais à suivre... !


2) Attentives et actives 👁️💪

“Depuis sa création en 2014, l’association AWARE [Archives of Women Artists, Research and Exhibitions] travaille à rendre visibles les artistes femmes du XXe siècle en produisant et en mettant en ligne sur son site Internet des contenus gratuits et entièrement bilingues français/anglais sur leurs œuvres.”

👉 https://awarewomenartists.com/

Co-fondée en 2014 et dirigée par Camille Morineau (conservatrice du Patrimoine et historienne de l’art spécialiste des artistes femmes), l’association AWARE est très active. Elle participe à différentes foires et biennales, édite ses propres publications et “organise, en collaboration avec des universités et musées, des colloques, tables rondes et journées d’étude en France et à l’étranger”. Partant du constat que “les femmes artistes sont moins récompensées que les hommes”, elle propose depuis 2017 les prix AWARE.

Le site web de l’association est foisonnant. Il présente aujourd’hui de nombreux articles et plus de 720 notices sur des artistes femmes. Pour compléter les informations disponibles dans son site web, Aware tisse régulièrement des partenariats. L’association annonçait ainsi le 5 mars 2021:

“[ARTISTES FEMMES DU 19e] Grâce à un partenariat scientifique avec le Musee Orsay, AWARE élargit ses bornes chronologiques en mettant en ligne sur son site Internet 40 artistes du XIXe siècle dont les œuvres sont présentes dans les collections du musée. Sarah Bernhardt, Félicie de Fauveau, Rosa Bonheur, Mary Cassatt ou encore Berthe Morisot feront notamment partie des nouveaux portraits d’artistes mis en ligne entre mars et décembre 2021 sur http://awarewomenartists.com”.

En ligne, AWARE propose aussi de belles ressources multimédias :

  • Sa chaîne Vimeo héberge entre autres la série “Petites histoires de grandes artistes”. Un “projet original de vidéos d’animation ludiques et éducatives, destinées aux enfants à partir de 7 ans ainsi qu’aux plus grands”. Pour l’instant 7 épisodes de cette série imaginé par la scénariste Sophie Caron sont disponibles : Camille Claudel, Anni Albers, Hilma af Klint, Dora Maar, Natalia Gontcha­rova, Augusta Savage, Tarsila do Amaral.

  • Son podcast “Les grandes dames de l’art” donne la parole aux artistes femmes du XXe siècle. Mis en ligne le 11 février 2021, le premier épisode était consacré à la sculptrice Niki de Saint Phalle.

  • Sa mini série vidéo "Witch TV" avec le MO.CO. (Montpellier). Série “qui réunit des artistes et théoricien·ne·s témoignant de l'histoire de la répression de la sorcellerie du Moyen Âge à l'époque moderne, des usages de l'histoire dans l'art des années 1970 et des nouvelles questions qu'elle pose à l'art d'aujourd'hui”.

Bref, je vous encourage à explorer les contenus qualitatifs mis en ligne par AWARE et à faire circuler ceux-ci.


3) Musées en ligne, vos bilans ? 🕸️🤔

Karl Pineau (voir le°51 de l’infolettre) publiait le lundi 1er mars 2021 une étude sur les sites web des 100 “Musées de France les plus fréquentés. L’objectif de cette remarquable étude : “obtenir une vision de l’état de la responsabilité numérique dans l’univers des musées”.

👉 https://musees-responsables.karl-pineau.fr/

Karl, quel a été le déclencheur de cette étude ?

J’avais remarqué quelques « oups » sur les sites de certains musées, comme la page de mentions légales des collections du musée Rodin qui est un Lorem Ipsum. Je me suis dit que ça serait intéressant de creuser.

Principales conclusions de l'étude ?

1. Le numérique est un angle mort de la politique de responsabilité des musées. C’est particulièrement visible sur l’accessibilité : de nombreux musées mettent en avant des parcours de visite accessibles, mais leur site ne l’est pas. C’est aussi visible sur la privacy : on trouve des trackers publicitaires un peu partout, probablement pas par volonté mais simplement parce que les logiciels analytics utilisés ont été mal configurés.
2. Une conclusion après publication : j’ai été surpris de voir que la majeure partie des réactions à l’étude se focalisaient sur l’open data. La communauté semble très réactive sur ce point !

La responsabilité numérique des musées français s'étend au-delà de leurs sites web, envisages-tu d’étendre l’étude et/ou de la renouveler régulièrement ? Envisages-tu l'apport de "collaborateurs externes" dans le cadre de ses possibles évolutions ?

Ça serait très intéressant de poursuivre l’analyse effectivement. Notamment en allant au-delà du top 100, et en analysant d’autres domaines (la fréquentation des sites, la présence sur les médias sociaux, les dispositifs numériques in situ, etc.). Pour que l’étude puisse être mise à jour régulièrement (idéalement tous les ans), ça serait également utile d’automatiser en partie la collecte des données. Si des personnes sont volontaires pour m’aider à aller plus loin, elles sont totalement les bienvenues ! Y compris des étudiants qui voudraient la réexploiter / l’améliorer dans le cadre de leurs mémoires / projets ;)

Aurais-tu trois recommandations simples et activables rapidement ?

1. Très facile : Optimiser le poids des images sur leur page : ça aura un impact significatif.
2. Facile : Utiliser des outils d’analytics libres et compatibles RGPD comme Matomo.
3. Un petite réu avec votre dev : Mettre à jour le bandeau cookie ! Utiliser des outils comme Tarteaucitron qui peuvent être configurés pour être compatibles RGPD.


4) Flashs et retours ⚡🌐

Vous les avez peut-être ratées, Muzeodrome a compilé ces informations pour vous :

Note : le titre de ce numéro est tiré de “Je vous emmène au bout de la ligne”, ouvrage de Rodolphe Macia, conducteur de la ligne 2 du métro parisien.

~ ~ ~ ~ ~

👉 Si vous aimez ce numéro, signifiez le en cliquant sur un des 💙 (ci-dessous ou ci-dessus).

👀 Depuis le n°45 de Muzeodrome, Ada Hop dessine les couvertures de l’infolettre.

👉 Pour soutenir le projet, il vous suffit de recommander l’infolettre à un·e ami·e et de l’inviter à s’abonner. Une démarche simple et gratuite qui aide beaucoup le projet.

Share Muzeodrome

Note : vous êtes maintenant plus 1950 abonné·e·s à l’infolettre - ce serait magnifique de passer ensemble le cap symbolique des “2000” avant la fin de ce mois de mars 2021…

👉 Si vous découvrez cette infolettre aujourd'hui, abonnez-vous pour ne pas manquer les prochains numéros.

🙏 Prenez soin de vous - Restez connecté

A tout soudain,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/ }

Ps : Merci à @dr_kouk pour sa relecture de ce numéro et des précédents.