Tout continue en novembre

Muzeodrome #50

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

En ces temps étranges et incertains, voici plusieurs choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine :

1) Premier domaine 🥇🕸️

Il y a plus de 35 ans, le 15 mars 1985, alors que le Web n'existait pas encore, la société Symbolics, Inc (Massachusetts, U.S.A.) déposait le premier nom de domaine commercial de l'histoire d'Internet : symbolics.com. Même si ce n'était pas vraiment le tout premier nom de domaine déposé dans Internet, il est resté dans l'histoire du numérique.

Toujours actif, le site symbolics.com héberge l’Internet History Museum : “un hommage à tous les pionniers qui ont fait de l'Internet et du World Wide Web ce qu'il est aujourd'hui”.

Le site annonce :

“Nous cherchons à éduquer et à inspirer les visiteurs du monde entier avec une collection toujours croissante sur l'Internet et le World Wide Web. Non seulement pour la génération actuelle, mais aussi pour les générations à venir. Vous vous souvenez du son d'un modem commuté de 56K ? Vos enfants ne s'en souviennent probablement pas. En fait, il y a de fortes chances qu'ils n'aient pas la moindre idée de ce qu'est une barre de chargement.”

L'histoire présentée par le site sous la forme d'une chronologie débute en 1934 avec Paul Otlet et se termine en 2012 avec la vidéo de "Gangnam Style" ! Chaque fiche est complétée par un document vidéo.

Deux bémols : le site, qui appartient aujourd'hui à un groupe basé en Californie du Sud, ne semble plus être mis à jour et l'accès au "musée en ligne” est conditionné par la saisie d'une adresse email. Pour le second point, il existe d'autres portes pour y accéder.

Note : Fondé en 1979, Symbolics, Inc était une entreprise informatique - son principal objectif consistait à commercialiser des machines Lisp basées sur des recherches initialement effectuées par le laboratoire d'intelligence artificielle du MIT (Massachusetts Institute of Technology). La bataille entre Richard Stallman et Symbolics autour du code de ses machines est un des éléments fondateurs du mouvement du logiciel libre .

2) #Museum30 2020 🏛️❎

Le premier numéro de l'infolettre Muzeodrome démarrait par une notule titrée "troisième #Museum30'. J'ai souhaité interviewer Solweig Mary à propos de l'édition 2020 du challenge. Solweig Mary (alias @solweigmary dans Twitter et @museum.trotter dans Instagram) est consultante et chargée de communication freelance pour les institutions culturelles. En veille permanente sur l’actualité muséale, elle s’intéresse aux tendances et innovations sur les réseaux sociaux, et plus largement numériques.

En quoi consiste #Museum30 ?

Le challenge international #Museum30 a été initié par Gracie Price (alias @magnifyzoology). Chaque jour de novembre, sur Twitter ou Instagram, les “museogeeks” sont invité-e-s à partager leur passion pour les musées et/ou les coulisses de leur métier via des photos associées à 30 mots clefs.

Quel est ton rôle dans l'initiative #Museum30 ?

Cette année, comme en 2019, j'ai traduit le challenge en français (et espagnol) dans l'objectif de favoriser les échanges au sein de la communauté muséale francophone. Une opportunité pour (re)découvrir, rendre plus accessibles certains métiers et faire de nouvelles rencontres ! Disons que c'est une façon de "networker" différente. ;)

#Museum30 et les pays francophones ?

Si quelques musées et personnalités se sont pris-es au jeu lors des précédentes éditions (@MSR_Tlse, @MuseePompiers, @BarthetLaure, @museolepse, @anais_raynaud...), le challenge prend encore difficilement dans les pays francophones (dont les tweets représentent 2% du challenge).

Une plus forte participation est-elle envisageable cette année avec le nouveau confinement ?

Je l’espère ! #Museum30 est une formidable occasion de présenter son métier et son quotidien autrement, même “à la maison”. Ainsi, les musées peuvent saisir l’opportunité de valoriser la pluralité de leurs métiers et communiquer différemment, en misant sur la proximité. Plus que jamais, les musées doivent garder le lien avec leur public, même à distance. Cap’ de mettre #Museum30 en tendance ?

3) Des changements nécessaires 🆕🆕🆕

Face aux urgences actuelles et à venir (sanitaires, sociétales, économiques, climatiques...), les musées doivent développer de fortes dynamiques de changement. Dans le monde, de nombreux musées ont déjà modifié leurs modèles organisationnels pour faire face aux défis de la crise sanitaire.

Des plans qui devaient prendre des années ou des mois à se réaliser ont été mis en œuvre en quelques semaines... Une grande partie de ces progrès est due à l'évolution des modèles de fonctionnement. Des objectifs clairs, des équipes ciblées et une prise de décision rapide ont remplacé la bureaucratie des musées.” Jim Richardson

Dans son article "Covid a créé un changement de mentalité dans les musées, que va-t-on en faire maintenant ?" (Covid created a change in mindset in museums, now what will we do with it?), publié le 27 octobre 2020 par MuseumNext, Jim Richardson évoque les multiples changement en cours et la nécessité de les amplifier pour répondre aux enjeux à venir.

Depuis plusieurs années, on parle de changement dans les conférences et les publications des musées, et il ne fait aucun doute qu'il y en a eu. Mais allons au-delà des changements progressifs, prenons des mesures audacieuses et transformons nos organisations.” Jim Richardson

Alors que beaucoup de musées aux USA sont dans un état d'“extrême détresse financière”. La journaliste états-unienne Rachel Grumman Bender montre dans un article publié par Yahoo Life le 22 octobre 2020, comment la pandémie et les manifestations de Black Lives Matter réorientent les actions des musées. Dans son article, un passage concernant la stratégie numérique du Smithsonian a particulièrement attiré mon attention. Dans celui-ci, la journaliste s'appuie sur les déclarations d'Alise Fisher, attachée de presse scientifique de la Smithsonian Institution, qui déclare :

“L'objectif du Smithsonian est d'atteindre un milliard de personnes par an grâce à une "stratégie numérique d'abord" (“digital-first strategy”) - La création de nouvelles plates-formes et ressources en ligne continuera d'être une priorité pour nous".”

Depuis mon poste d'observation, externe aux institutions, j'ai la sensation que les dynamiques de changement décrites dans ces deux articles restent encore faibles en France, même au niveau du numérique. Quel musée français osera être le premier à développer une véritable stratégie "digital-first" ?

Note 1 : “Une enquête menée fin juillet 2020 auprès de plus de 750 directeurs de musées par l'Alliance américaine des musées (AAM) [...] estime qu'un tiers de tous les musées américains pourraient fermer définitivement en raison des fermetures de COVID-19 et du manque de fonds.”

Note 2 : L'initiative #SmithsonianOpenAccess est à suivre dans un espace dédiée du site de l'institution.

4) Flashs et retours ⚡🌐

Vous les avez peut-être raté, Muzeodrome a compilé ces informations pour vous :

5) Le 50ème 🎉🎆🎂

Alors que la France vient de rentrer dans un nouveau confinement, ce numéro de l'infolettre Muzeodrome marque son premier anniversaire (le 4 novembre 2020). Un moment idéal pour effectuer avec vous un premier bilan en toute transparence :

  • 50 numéros publiés, composés de plus de 200 notules (voir les archives)

  • Plus de 1500 abonné·e·s

  • Ces derniers mois, chaque numéro de infolettre est vu entre 1500 et 2000 fois - pour un total actuel de plus de 70 000 vues sur l'ensemble des infolettres (données Substack).

  • Le taux d'ouverture de l'infolettre varie actuellement entre 43 et 46% (données Substack)

A l'heure où les infolettres (re)passent sur le devant de la scène des vecteurs d'information, ce bilan est au demeurant très positif pour une lettre spécialisée.

L'infolettre de Muzeodrome va continuer ses publications avec un rythme hebdomadaire, toutefois sa formule va évoluer avec l'arrivée de nouvelles rubriques. Dès ce numéro, la rubrique “Flashs et retours” reprend le principe des “Flashs du #ConfinementMuséeURL”, mis en place pendant le printemps 2020, en ajoutant des suites à des notules publiées précédemment. Les micro-entretiens seront aussi systématisés (un par semaine). Le développement d'un espace web consacré à Muzeodrome hors de la plateforme Substack est aussi fortement envisagé. Cet espace permettra d'accéder à une sélection de notules enrichies.

Je profite aussi de l'occasion pour vous remercier pour vos multiples retours et encouragements.

Note 1 : l'infolettre dispose d'un flux RSS (pour vos outils de veille).
Note 2 : le titre de ce numéro de l'infolettre effectue un rebond sur celui du tout premier numéro.

~ ~ ~ ~ ~

👉 Si vous aimez ce numéro, signifiez le en cliquant sur le 💙 (ci-dessous ou ci-dessus).

👉 Si vous découvrez cette infolettre aujourd'hui, abonnez-vous pour ne pas manquer les prochains numéros.

👉 Pour soutenir le projet, il vous suffit de recommander l’infolettre à un·e ami·e et de l’inviter à s’abonner. Une démarche simple et gratuite qui aide beaucoup le projet.

🙏 Prenez soin de vous - Restez connecté - Restez chez vous.

A tout soudain,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/ }

Ps : Merci à @dr_kouk pour sa relecture de ce numéro et des précédents.