La Joconde au bas du dos

Muzeodrome #17

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

~ ~ ~ ~ ~

Voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine : 

1) N'ayez pas peur de rire 😆🤣😆

Êtes-vous prêt à venir vous faire scier ? L'esprit de l'exposition "Boîtes à rire" est celui d'une fête foraine avec ses attractions oranges. Particulièrement destinée aux familles et aux jeunes publics, cette exposition gratuite a été conçue par l'illustrateur et dessinateur Serge Bloch (secondé par plusieurs autres artistes masculins - voir le second point de ce numéro). Au delà de son humour et de la force du trait simple de Serge Bloch, cette exposition est intéressante par son harmonieux mélange de dispositifs physiques et numériques (dont deux utilisant des formes de réalité augmentée). Les "Boîtes à rire" de Serge Bloch sont à expérimenter au CentQuatre Paris jusqu'au 8 mars 2020.  

Note 1 : Dans une salle annexe à l'espace d'exposition est présenté l'émouvant court métrage de Serge Bloch : "La grande Histoire d'un petit Trait". Ce dessin animé est un des trois pans d'un projet "transmédia" ; les deux autres sont un livre et une application pour tablette où le dessin est le moteur d'avancement dans l'histoire.
Note 2 : Le titre de ce numéro de Muzeodrome a été trouvé sur une face d'une des "boîtes à oreilles" de l'exposition.

2) Les filles de la guérilla 🖼️🦍🔫

"Les femmes doivent-elles être nues pour entrer au Metropolitan Museum of Art ?" Datant de 1989, ce message présent sur une affiche des Guerrilla Girls est aujourd'hui devenu un classique de l'artivisme. Avec leurs masques de gorille, les Guerrilla Girls "utilisent l'humour et des visuels scandaleux pour exposer les préjugés sexistes et ethniques ainsi que la corruption dans la politique, l'art, le cinéma et la culture populaire". Très actif, le groupe continue de marquer les esprits avec ses affichages chocs dans l'espace public. L'Utah Museum of Contemporary Art (Salt Lake City, USA) revient actuellement sur plus de trente ans d'activisme des Guerillas Girls au travers d'une exposition (du 7 février au 6 juin 2020). On peut toutefois se demander comment la situation a évolué depuis 1989 ? Publiée en 2019, une étude de In Other Words et Artnet News indiquait que seulement 11% des œuvres d'art achetées par les institutions entre 2008 et 2019 avait été réalisé par des femmes. Mardi 25 février 2020, une rencontre muséo de Métis Lab propose justement de réfléchir à comment intégrer pleinement les femmes au cœur des projets muséaux.

3) Les lignes étranges du temps ➖🕰️➕

"Notre façon de penser le monde façonne les données que nous créons pour le décrire." Olivia Vane  

La chercheuse, designeuse et développeuse Olivia Vane explore les visualisations interactives pour donner un sens aux données culturelles (particulièrement celles des collections numérisées des musées, bibliothèques et archives). Ces dernières années, plusieurs de ses travaux ont été très remarqués dont le dispositif interactif "Plongez dans la couleur" (Dive Into Color - 2018). "Cette application peut être utilisée pour effectuer une recherche dans la collection du Cooper Hewitt [Design Museum de New York], parmi plus de 200 000 objets de design, par couleur et harmonie de couleurs et visualiser les résultats sur une ligne chronologique. Elle permet d'explorer les tendances et les modes en matière de couleur au fil du temps...". Olivia Vane vient de publier dans Nightingale (The Journal of the Data Visualization Society) un article fascinant sur les bizarreries des données temporelles et les difficultés à placer certaines œuvres dans une chronologie.

4) Créer avec les algorithmes 👨‍💻🖼️👩‍💻

"Face aux modèles normatifs du deep learning appliqués par exemple à la reconnaissance faciale, les artistes peuvent-ils développer des pratiques inédites et construire une position critique ?". L'IRCAM et Centre Pompidou propose le mercredi 26 février à 17h une table ronde qui promet d'être stimulante. Lors de cette rencontre, plusieurs artistes, dont Robbie Barrat (@videodrome), Mario Klingemann (@quasimondo) et Anna Ridler (@annaridler), échangeront sur les "limites et potentiels génératifs de l'Intelligence Artificielle". Cette rencontre s'effectuera dans le cadre du lancement de l'exposition "Neurones - Les intelligences simulées" au Centre Pompidou (du 26 février au 20 avril 2020 - programmation "mutations/Créations"). 

Note : Cette table ronde sera diffusée en direct dans la chaîne Youtube de l'IRCAM.

5) V'la DataDada 🔣🐔

"C’est ma data là / mais ceci n’est pas de votre ressort / la data c’est GAFA / la datum c’est Badaboum / ma data est une poule aux œufs d’or...". Ces phrases sont les premières du Manifeste DataDada écrit le 13 juin 2014 par Albertine Meunier et Julien Levesque - manifeste qui exprime l'opposition des deux artistes "à la transformation de la Data comme un simple fait numérique". Avec Sylvie Tissot, Thu Trinh-Bouvier et Bastien Didier, DataDada devient rapidement un collectif dont le projet est : "enrober, saupoudrer, tapisser, coiffer et envelopper la Data de l’influence du mouvement intellectuel et artistique Dada". Les données sont la matière première du collectif qui s'amuse avec celles-ci pour montrer les (en)jeux sous-jacents des technologies numériques. Du 18 janvier au 29 février 2020, DataDada propose l'exposition rétrospective "Oulala v’la Datadada… Chachacha" à La Galerie d'art de Créteil (94). "Le poulailler", pièce inédite réalisée pour l'exposition, présente une Intelligence Artificielle qui croit tout savoir et qui active des objets lorsqu'elle suppose reconnaitre certains mots vocalement. La double figure de la poule et de l'œuf d'or est associée à DataDada depuis l'écriture du manifeste ; le slogan de l'exposition est d'ailleurs : #LibérezLaPouleQuiEstEnVous.

Note : Samedi 29 février 2020, dernier jour de l'exposition, le manifeste DataData sera lu à 16h précises.

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Merci pour votre attention.

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici. Muzeodrome compte déjà plus de 675 abonné·e·s, pourquoi pas vous ?

👉 Muzeodrome a besoin de votre soutien. Pour soutenir le projet, c’est simple et gratuit, il vous suffit d’envoyer ce numéro par mail à un·e ami·e, ou mieux encore de l’inviter à s’abonner.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/

Ps : Je vous l'indiquais dans un précédent numéro. Courant mars 2020, je vous proposerais des formations en lien avec Muzeodrome.

Avec ou sans algorithmes ?

Muzeodrome #16

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

Vous êtes maintenant plus de 666 abonné·e·s à Muzeodrome : merci à vous et bienvenue à celles et ceux qui lisent cette infolettre pour la première fois !

~ ~ ~ ~ ~

Voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine : 

1) Juste des illusions 🏦✨

En décembre 2019, s'est ouvert au centre de Paris le "Musée de l'illusion". Dans son site web, le lieu ouvert 7 jours sur 7 indique : "Expérimentez et vivez l’impossible. Vous êtes libre de prendre votre appareil photo avec vous, batterie pleine et mémoire suffisante fortement recommandé". Comme pour les autres "Experiums" (voir Muzeodrome #5), la dynamique économique du lieu s'appuie fortement sur la participation des publics et leurs publications dans les réseaux socionumériques. Sur la même page Web, on peut aussi lire : "Découvrez cet endroit unique qui convient à tout à chacun, peu importe l’âge". Cette phrase pose question car le lieu n'est pas vraiment unique. Le concept original a vu le jour à Zagreb (Croatie) en 2015, et il s'est très rapidement affirmé comme "une marque reconnaissable". Ainsi aujourd'hui, plus de quinze villes dans le monde proposent les mêmes expériences (avec le même design). L'entreprise à la tête de cette franchise ne compte d'ailleurs pas s'arrêter là, elle annonce déjà de multiples ouvertures à venir dans d’autres villes.

2) Travailler avec les algorithmes 👨‍💻⚙️👩‍💻

Les algorithmes classifiés dans la catégorie "intelligence artificielle" (AI) sont de plus nombreux que ce soit du coté de la création d'œuvres ou dans les échanges entre les institutions culturelles et leurs publics (médiation culturelles, marketing...). Initié par Dr Oonagh Murphy et Dr Elena Villaespesa, le réseau "The Museums + AI" (UK + USA) a proposé depuis 2019 de nombreux ateliers et conférences sur l'arrivée de ces algorithmes dans les musées, et sur les évolutions de ceux-ci dans un futur proche. Ce travail a abouti en janvier 2020 à la publication d'une première boîte à outils "AI: A Museum Planning Toolkit", qui a pour objectif de servir de "base pour un engagement critique envers ces technologies et les possibilités et défis qu'elles offrent".

3) Les algorithmes en question 👨‍💻🤔👩‍💻

Les travaux multiformes de l'artiste et géographe états-unien Trevor Paglen dévoilent les nombreux aspects cachés des technologies du XXIème siècle (mythologies, infrastructures...) et les changements sociaux provoquées par celles-ci (surveillance, contrôle...). Un pan de ses travaux questionne l'intelligence artificielle et les algorithmes de classification. "Classifier des images et dire ce qu'elles "signifient" est compliqué et hautement politique - classifier des images d'êtres humains l'est encore plus". Avec la chercheuse Kate Crawford (co-creatrice du projet Anatomy of an AI System), ils ont ainsi étudié les jeux de données permettant d'entrainer les programmes de deep learning (dont la base très utilisée ImageNet). Ce projet nommé excavating.ai a souligné de nombreux biais dans les classifications (préjugés, stéréotypes, connotations controversées...). Prolongeant ce travail, Trevor Paglen a conçu "From 'Apple' to 'Anomaly'", une immense installation physique constituée de 30 000 photographies imprimées pour montrer comment les algorithmes apprennent à "voir" et à "percevoir" le monde. Le titre de cette installation, qui était présentée du 26 septembre 2019 au 16 février 2020 au Barbican Centre de Londres, vient du fait que la peinture de René Magritte "Ceci n'est pas une pomme" (dans la lignée de "La Trahison des Images") est identifiée par les algorithmes de reconnaissances de forme comme une pomme !

/Via @OonaghTweets

4) Les musées au cinéma 🏛🎥🌟

L'imaginaire cinématographique est une excellente source de réflexion sur la place des visiteurs dans les musées. Dans Twitter, il est possible de trouver régulièrement d'excellentes références sur les musées au cinéma, dans les séries télévisées ou dans les bandes dessinées avec le hashtag #MuseumScene (surtout via le travail acharné de Virgile Septembre). J'avais débuté en novembre 2011 une curation de contenus consacrée à ce sujet. Le projet, qui était rapidement devenu participatif, compilait des extraits de films ou d'émissions de télévision se déroulant dans des musées réels ou imaginaires. Depuis février 2016, ce projet n'est plus maintenu et beaucoup d'extraits présentés ne sont plus disponibles aujourd'hui. Toutefois mon intérêt pour les musées au cinéma n'a pas cessé, surtout quand les musées sont ou étaient des symboles de la modernité (un des meilleurs exemples est le Centre Pompidou dans le James Bond intitulé "Moonraker" sorti en 1979). Récemment, j'ai ainsi découvert que la Boule de Chinon, première centrale atomique française, qui avait servi de décor pour le film "Fantômas se déchaîne" (1965), était devenue le Musée de l’Atome en 1986.       

5) Montrez-moi vos toilettes 🏛👉🚽

Créé par le Dr. Bindeshwar Pathak dans un objectif pédagogique en 1992, le Sulabh International Museum of Toilets (Inde) est un des plus célèbres musées insolites du monde. Les toilettes des musées sont un sujet plus important que l'on ne pourrait croire de prime abord ; celles-ci font partie de l'expérience du musée vécue par les publics. Le compte Twitter @MuseumToilets s'intéresse à tout ce qui peut rendre les toilettes des musées un peu meilleures et plus appréciées : signalétique, propreté, accessibilité, équipements et design. @MuseumToilets effectue actuellement un tour du monde ("le 360 museum tour") et on a pu constater récemment son passage au Musée d'Orsay.

Pour terminer ce numéro, je vous laisse avec la "Fontaine" de R.Mutt (Marcel Duchamp, 1917). Dans un podcast de 12 minutes, le Centre Pompidou propose une réjouissante analyse d'Isabelle Bonzom sur l'urinoir le plus célèbre de l'histoire de l'art. Bonne écoute...

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Merci pour votre attention.

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici.

👉 Muzeodrome a besoin de votre soutien. Pour soutenir le projet, c’est simple et gratuit, il vous suffit d’envoyer ce numéro par mail à un·e ami·e, ou mieux encore de l’inviter à s’abonner.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/

Demain est-il un autre Louvre ?

Muzeodrome #15

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, une infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

Vous êtes maintenant plus de 650 abonné·e·s à Muzeodrome : merci à vous et bienvenue à celles et ceux qui lisent cette infolettre pour la première fois ! Du coté de Twitter, le compte de @muzeodrome vient de passer le cap des 400 abonné·e·s, merci pour vos soutiens.

~ ~ ~ ~ ~

Voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine : 

1) Le futur et les arts 🔮🖼️

Dans le futur, souhaitez-vous confier un grand nombre de décisions à l'Intelligence Artificielle (IA) ? Et "voulez-vous vraiment vivre dans une société où tout est surveillé et où même vos rencontres avec d'autres personnes sont régies par l'IA ?"
Situé à Tokyo, le Mori Art Museum présente principalement des expositions d'art moderne dans divers genres, notamment la mode, l'architecture, le design, la photographie et la vidéo. Jusqu'au 29 mars 2020, le musée propose l'exposition "Future and the Arts: AI, Robotics, Cities, Life - How Humanity Will Live Tomorrow", dans une dynamique de projection vers l'avenir dont je vous ai parlé dans le numéro 9 de Muzeodrome : "Musée(s) cherche(nt) futurs". Cette exposition présente plusieurs pièces intéressantes dont l'oreille gauche de Vincent van Gogh recréée en utilisant la biotechnologie ou encore une installation qui utilise des algorithmes de reconnaissance faciale pour détecter les participants et afficher leurs positions, mouvements et relations. Avec sa diversité de propositions et ses questions, "Future and the Arts" a rencontré ses publics puisque cette exposition pointue vient de dépasser le cap des 200·000 visiteurs.

Note : le Mori Art Museum est aussi un des rares musées a avoir choisi le ".museum" pour son nom de domaine dans le Web (voir Muzeodrome #4).

2) Un numérique capacitant ? 💻💪

"La connaissance est la base même des projets d'un territoire et de la capacité de ses acteurs à se projeter dans l’avenir et à faire face aux incertitudes, qu’il s’agisse de l’action publique ou du développement de l’économie et de l’emploi. Le numérique permet-il de renforcer les ressources physiques et humaines du territoire (écoles, musées, bibliothèques, espaces d’acculturation numérique, fablabs, enseignants, formateurs, médiateurs,…), ou les affaiblit-il ?".
Une très bonne question à se poser dans nos choix de conception dans l'univers numérique. Cette question est extraite du cahier d'enjeux et de prospective de la FING consacré au RESET du numérique, dont je vous recommande la lecture.

Note : le RESET prolonge les reflexions de la tribune « Réinventer le numérique » (dont j'ai été un des 1353 signataires). 

3) Un Fatberg en Live 🦠🎥

Des énormes amas de graisses, lingettes et couches-culottes ont plusieurs fois bloqués des sections des égouts de Londres. Ces énormes masses de déchets sont appelés des Fatbergs. En 2017, le plus gros Fatberg de tous les temps bloque les égouts de la capitale du Royaume-Uni du coté de Whitechapel. Le monstre de déchet est énorme, il mesure plus de 250 mètres de long et pèse plus de 130 tonnes. Après son extraction, une partie de ce Fatberg rejoindra les collections du Museum of London. Dans un article en décembre 2017, Sharon Robinson-Calver (responsable de la conservation et de l'entretien des collections du musée) expliquait l'importance de cette découverte pour le présent et le futur de la ville et pourquoi il fallait l'exposer. L'article détaille aussi les grandes difficultés de conservation et d'exposition de ce type d'objet hors-normes : "C'est un défi particulièrement difficile pour nous en tant que conservateurs, car nous devons protéger non seulement le Fatberg, mais aussi nous-mêmes et nos visiteurs. Dans son état actuel, le Fatberg est un matériau extrêmement dangereux, qui regorge de bactéries et libère de petites quantités de gaz toxiques". En 2018, un fragment du Fatberg a été exposé au Museum Of London avec toutes les conditions de sécurité nécessaire. Un morceau du monstre, toujours toxique et un peu vivant, continue aujourd'hui d'être observable en ligne 24h/24 grâce à une webcam appelée Fatcam.

4) Visionner Le Louvre 🎬🎞️

Quelle est aujourd'hui la vidéo la plus vue du Musée de Louvre dans sa chaîne Youtube? La réponse qui vient immédiatement à l'esprit est une vidéo d'une youtubeuse ou d'un youtubeur. Car depuis début 2016, le plus célèbre des musées parisiens effectue régulièrement des partenariats avec des youtubeurs et youtubeuses. Partenariats qui ont donnés beaucoup de visibilité à sa chaîne. Avec prêt de 300·000 vues, la vidéo la plus visionnée de youtubeur sur la chaîne du Louvre est pour l'instant "La science des mythes" (oct. 2017) co-conçue et animée par les vidéastes Léo Grasset ("DirtyBiology") et Manon Bril ("C'est une autre histoire"). Vous me direz alors que la vidéo la plus vue du musée est probablement la bande-annonce de l'exposition blockbuster Léonard de Vinci (exposition hors norme qui se termine 24 février 2020 et qui pour ces trois derniers jours proposera une ouverture 24h/24 avec une gratuité la nuit). Bonne idée, le teaser de 15 secondes de l'exposition a été visionné plus de 325·000 fois (selon l'outil de mesure de Youtube). Mais celui-ci n'est pas non plus la vidéo la plus vue de la chaîne, alors quelle est cette mystérieuse vidéo ? Publiée, le 29 mars 2019, cette vidéo de 30 seconde présente un time-lapse de la Pyramide du Louvre pour fêter ses 30 ans ; la vidéo intitulée "Un pyramide, une histoire et vous" a été aujourd'hui visionné plus de 1,6 millions de fois - à noter l'intéressant sous-titre de celle-ci : "Demain est un autre Louvre".       

5) Musée ou grand magasin ? 🏬🏦

"Un jour, tous les grands magasins deviendront des musées et tous les musées deviendront des grands magasins." 
Andy Warhol (1975)

Ce jour est-il déjà arrivé ? Je vous laisse réfléchir à cette citation et vous retrouve lundi prochain pour un nouveau numéro de Muzeodrome.

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Merci pour votre attention.

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici.

👉 Muzeodrome a besoin de votre soutien. Pour soutenir le projet, c’est simple et gratuit, il vous suffit d’envoyer ce numéro par mail à un·e ami·e, ou mieux encore de l’inviter à s’abonner.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/

Oups!… Je l'ai fait à nouveau

Muzeodrome #14

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, une infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

~ ~ ~ ~ ~

Voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine : 

1) Dans la zone de Britney 👱‍♀️👀🤳

Los Angeles 2020. Le succès des Museums of Ice Cream inspirent d'autres projets d'Experium (voir Muzeodrome #5). Le dernier en date, "The Zone", est consacré à l'univers des clips de Britney Spears et marque le 21ème anniversaire de la sortie du premier album de la star états-unienne. La Zone invite ses visiteurs "à voyager à travers neuf salles interactives et à entrer physiquement dans les vidéos musicales les plus emblématiques de Britney". Outre les espaces instagrammables, des bracelets RFID permettent aux visiteuses et aux visiteurs d'activer des dispositifs produisant des photos et vidéos personnalisées. Ouvert depuis le 31 janvier 2020, le lieu, dispose déjà de près de 70 000 suiveurs dans Instagram. Misant sur la rareté avec son existence éphémère, cette Zone ultra-commerciale fermera ses portes le 26 avril 2020.
Baby One More Time?

/via @mpe_p3 > Merci

2) Le New York de Jason 🚕🗽✏️

"J'essaie de dessiner chaque personne à New York... Il est possible que je vous dessine sans que vous le sachiez... Je dessine dans les stations de métro, les musées, les restaurants et aux coins des rues...". Ces trois phrases extraites de la présentation de son blog résument le travail qu'effectuait chaque jour Jason Polan. Un des grands projets du dessinateur était de croquer tous les objets du MoMA. Ce travail fut compilé dans deux livres "The Every Piece of Art in the Museum of Modern Art Books 1 and 2" (publiés en 2005 et 2012). Suite à un cancer, Jason Polan vient de disparaitre à l'âge 37 ans, il ne pourra jamais terminer son impossible projet de croquer tous les new-yorkais, mais il en aura tout de même dessiné plus de 30 000. Paola Antonelli (MoMA) et Austin Kleon évoquent l'homme qu'il a été et son travail dans deux articles sensibles. Austin Kléon écrit dans le sien : "Il a fait cette chose que font tous mes artistes préférés : il a trouvé la magie dans le banal". 

3) Électronique fantastique ││││🎵

Expérimenter le numérique autrement est un des grands axes de Muzeodrome. Découvrir de nouvelles démarches dans ce domaine est toujours un plaisir. Il y a une semaine, arrive dans mon flux Twitter, un tweet écrit en japonais accompagné du hashtag #electronicosfantasticos avec une vidéo d'une performance musicale totalement singulière avec des codes barres. Le texte du tweet traduit de façon approximative indique "Séance de codes barres. Émission de son en connectant le signal du lecteur de codes barres directement au haut-parleur au lieu de la caisse enregistreuse. Vous pouvez travailler comme caissier pendant la journée et jouer du code barre dans un club la nuit" ! Ce tweet est publié par l'artiste japonais Ei Wada (alias @crab_feet). Son projet #electronicosfantasticos a pour objectif de faire revivre de vieux appareils électroniques en les transformant en instruments de musique pour constituer un orchestre. La performance présentée dans le tweet évoqué ci-dessus a eu lieu dans la nouvelle base de démonstration du projet située dans le quartier de Shibuya à Tokyo. Base où les publics de passage sont invités à jouer avec les codes barres.  

Note : Dans le cadre de l'édition 2018 du salon Expérimenta à Grenoble, Ei Wada avait effectué une de ses performances bien barrée. Pour le magazine Web Echosciences, Arthur Larpent avait alors détaillé plusieurs éléments de son processus créatif.

4) Objets désagréables pour collections sensibles ⚱️🖤

L'Institut Giacometti (Paris 14ème) accueille le samedi 8 février une journée d'études originale. "Certains objets d'art ou d'histoire peuvent déranger voire heurter le public, parfois par les thèmes qu’ils abordent, la violence qu'ils évoquent, la crudité des images ou parfois par leur contexte de production ou d’acquisition (abus, exploitations, spoliations)". La journée d'études "Collections sensibles, déontologie et précautions", organisée par le Master 2 Médiation du Patrimoine et de l'Exposition (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3), tentera entre autre de répondre à la difficile question "Faut-il limiter l’exposition à certaines œuvres moins susceptibles de heurter pour présenter ces collections à un “grand public” ou préférer tout exposer en limitant ou non l'exposition à un public averti ?" - Réservation à l'adresse : mpe.journeedetude@gmail.com

Note : cette journée d’études se déroule dans l'Institut Giacometti qui présente jusqu'au 16 février 2020 l'exposition "Cruels objets du désir Giacometti / Sade".

5) Sortez-moi de ce tableau 🚪🚶🖼️

Si les personnages historiques pouvaient sortir des tableaux, quelles têtes auraient-elles ou ils si vous les croisiez dans la rue aujourd'hui ? Créé par Becca Saladin, le compte Instagram @royalty_now_ présente depuis le 5 avril 2019 une galerie de portraits suivant cette idée. Pour transposer un personnage historique dans le présent, la graphiste américaine utilise plusieurs techniques numériques et travaille pendant de longues heures. Becca Saladin souligne par ailleurs dans le Daily Mail (UK) les retours très positifs des internautes face à ses images : "Beaucoup de personnes me contactent juste pour dire combien elles trouvent cela intéressant et comment cela rend l'histoire plus proche d'elles, ce qui est exactement mon but".   

/via @louvrepourtous

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Merci pour votre attention.

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici. Muzeodrome compte déjà plus de 625 abonné·e·s, pourquoi pas vous ?

👉 Muzeodrome a besoin de votre soutien. Pour soutenir le projet, c’est simple et gratuit, il vous suffit d’envoyer ce numéro par mail à un·e ami·e, ou mieux encore de l’inviter à s’abonner.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/

Un musée qui peut tout faire

Muzeodrome #13

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, une infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

~ ~ ~ ~ ~

Voici cinq choses qui valent la peine d'être partagées avec vous cette semaine : 

1) Joue-la comme Dolly 👱‍♀️😍

Le 22 janvier 2020, quelques jours après son 74e anniversaire, Dolly Parton publie dans les réseaux socionumériques une image qui compile quatre photos d'elle la présentant de façons différentes dans LinkedIn, Facebook, Instagram, Tinder. Ce montage est accompagné de la phrase "Get you a woman who can do it all 😉" (Trouvez une femme qui peut tout faire). Le modèle est très vite repris par d'autres stars états-uniennes et il devient un meme Internet : le #DollyPartonChallenge. Les musées s'emparent de celui-ci pour présenter leurs collections (voir le thread à remonter publié par le compte Twitter de Muzeodrome). Peu de musées ont toutefois questionné la publication initiale - on peut donc mettre en lumière celle du Preus Museum (Norvège) qui questionne le genre et celle du Vagina Museum (UK) qui interroge sur la circulation de certaines images dans les réseaux socionumériques. 

Alors que le post Instagram de Dolly Parton a dépassé le cap du million de likes, il demeure une question : où trouver le musée qui peut tout faire ?

2) Dévoiler le musée 🏛️🔍

Acquérir - Conserver - Documenter - Exposer - Créer. Comment rendre compte de la vie d'un musée ? Un site Web institutionnel ou un portail de collection, même le plus ouvert, ne permettent pas de la restituer. Face à ce manque, le musée de Bretagne a mis en ligne un blog spécifique : le “Musée dévoiléhttps://musee-devoile.blog . Depuis le mois de novembre 2018, environ un article par semaine est publié dans ce site : "coulisses", informations sur un métier, contenu riche sur un objet des collections...

Une des récentes acquisitions du musée de Bretagne y est détaillée, une affiche des producteurs de pommes de la région Rennaise datant de 1951 qui présente le slogan suivant : "Le cidre - boisson familiale chaque jour sur votre table". 1951, c'était un autre temps, quinze ans plus tard je naissais en Bretagne. 

/Merci à Fabienne Martin-Adam

3) Inspiré-e par les collections 🖼️🏺💡

Le Rijksmuseum indique aux lecteurs de sa newsletter qu'ils ne leur reste plus que quatre semaines pour s'inscrire au Rijksstudio Award 2020. Avec ce concours, le musée invite toute personne à créer en s'inspirant de ses collections en ligne consultables dans le Rijksstudio, l'espace principal du site web du musée. Dans celui-ci, toute personne peut aujourd'hui consulter, télécharger et partager gratuitement plus de 600.000 images en haute résolution d'objets* des collections du musée. Pour le concours, le musée indique que "toutes les formes d'art sont possibles : photos, vidéos, conception de produits, vêtements, animations, collages, poèmes, etc.". Hâte de découvrir les créations des finalistes de cette année. En attendant, je vous invite à découvrir au travers de trois courtes vidéos la diversité des projets des éditions précédentes : 2014, 2015, 2017.

*Note : 600.000 images d'objets et pas 600.000 objets en image. La recherche indique ce jour 416.480 objets avec images. La base contient elle plus de 600.000 objets d'où une possible confusion.

4) 1 euros les 10 minutes 🏛️🏃‍♂️🏃‍♀️💲

En mai 2010, les chercheurs Bruno S. Frey & Lasse Steiner publiaient l'article "Pay as You Go: A New Proposal for Museum Pricing". La présentation de cet article indiquait "nous proposons un instrument de tarification innovant : les prix à la sortie qui sont facturés en fonction du temps passé dans un musée. Ce système présente un certain nombre d'avantages notables, en particulier un meilleur choix offert aux visiteurs, ce qui accroît leur satisfaction". A l'époque beaucoup pensaient que ce modèle de tarification n'était que pure fantaisie et qu'il ne verrait jamais le jour... Juste avant Noël 2019, pendant 24 jours, le Weserburg Museum of Modern Art (Die Weserburg Museum für moderne Kunst, Brême, Allemagne) a testé ce modèle avec l'opération #PayAsYouStay. Le prix d'une sortie étant plafonné au montant d'une entrée. Selon les retours de Tom Schößler (Managing Director du musée), les réactions ont été très positives et si le revenu moyen par billet a baissé, celui-ci a été compensé par la forte augmentation du nombre de billets vendus. Le musée prévoit de prolonger l'expérimentation au mois de mars 2020. A suivre...

/Via Diane Drubay et la newsletter de "We Are Museums"

5) S'assoir ou pas 😫🪑

Dans le numéro 12 de Muzeodrome, je vous parlais de l'école du calcul poétique (School For Poetic Computation, New York) et de l'exposition marquant ses 7 ans. L'exposition, qui vient de fermer ses portes, présentait au milieu d'une de ses salles une pièce de la série "Museum Benches" de Shannon Finnegan, artiste travaillant principalement autour du handicap. Cette pièce est un grand banc bleu avec un message écrit en blanc "This exibition has asked me to stand for too long. Sit if you agree" (Cette exposition m'a demandé de rester debout pendant trop longtemps. Asseyez-vous si vous êtes d'accord). Tout le contraire d'un #NePas que cette belle réflexion sur la fatigue muséale !

/Via le @Dr_kouk

~ ~ ~ ~ ~

🙏 Merci pour votre attention.

👉 Si vous lisez cette infolettre pour la première fois, je vous invite à vous inscrire ici. Muzeodrome compte déjà plus de 600 abonné·e·s, pourquoi pas vous ?

👉 Muzeodrome a besoin de votre soutien. Pour soutenir le projet, c’est simple et gratuit, il vous suffit d’envoyer ce numéro par mail à un·e ami·e, ou mieux encore de l’inviter à s’abonner.

A tout soudain pour un prochain numéro,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/

Loading more posts…