Elles n'étaient pas solides

Muzeodrome #93

Salut à tou·te·s,

Bienvenue dans Muzeodrome, l’infolettre inspirante qui vous plonge dans la créativité des musées et des espaces d’expositions.

🙏 Merci à toutes celles et tous ceux avec qui j'ai échangé lors du SITEM 2021 (Salon international des musées). Je vous ai croisé souvent trop vite ou même raté. N’hésitez pas à me contacter pour étendre nos échanges sur un temps bien plus long (par exemple en répondant à ce message) ✨

Du coté de l’infolettre, je vous propose cette semaine un numéro qui débute par des trucs bizarres :


👀 Illustration d’après une photo publiée par le Dallas Museum of Art présentant "Phase of Nothingness—Water", une œuvre étonnante de l’artiste japonais Nobuo Sekine.


1) Les plus bizarres 👽👾

Les collections des musées contiennent des objets effrayants (voir à ce propos la notule 5 du n°25 de Muzeodrome) mais aussi des objets bizarres. Dans le cadre de la douzième édition d’#askacurator qui a eu lieu le 15 septembre 2021, j’ai posé à plusieurs musées qui participaient activement à l’opération la question suivante “Quel est l’objet le plus bizarre de vos collections ?”. Voici certaines des réponses étonnantes que j’ai obtenues (en cliquant ci-dessous sur les noms du musée vous accéderez directement aux réponses avec les visuels associés à celles-ci) :

  • “"Phase of Nothingness—Water" de Nobuo Sekine n'est pas bizarre, mais les visiteurs qui l'ont regardée ont rapporté des faits des plus étranges. Il s'agit de deux grands récipients en acier noir, l'un rectangulaire et l'autre cylindrique. Ils sont remplis d'eau à ras bord, de sorte que la réflexion donne l'impression que les deux récipients sont solides, créant ainsi une illusion d'optique qui révèle à quel point nos connaissances sont limitées par notre perception. Des personnes ont placé des objets sur les œuvres, d'un enfant à un sac à main, pour se rendre compte qu'elles n'étaient pas solides ! Nous espérons que les gens ne placent pas d'objets ou ne s'assoient pas sur les œuvres d'art en général. Cette œuvre est actuellement présentée dans le cadre de notre exposition "Slip Zone", alors venez la découvrir par vous-même !Vivian Li - Dallas Museum of Art (Dallas, États-Unis)

  • C'est facile! Les chercheurs de la défense se servaient souvent d'animaux pour étudier les effets des armes nucléaires, biologiques et chimiques sur les humains. Cette combinaison a été faite sur mesure pour un cochon.” Musée canadien de la guerre (Ottawa, Canada)

  • Nous avons de nombreux objets incongrus, cela pourrait d’ailleurs faire l’objet d’une série, seriez-vous intéressés pour en voir d’autres ? Pour l’heure nous vous présentons ce mell benniget - Objet de rituel du passage dans le monde des défunts, ce mell benniget de la 2e moitié du 19e siècle provient probablement de la région de Cléguerec. On le posait sur le front du mourant en priant pour sa guérison ou pour que ses souffrances soient écourtées.” Château des ducs de Bretagne (Nantes, France)

  • La question fait débat en interne !... Une petite sélection...” (avec 7 visuels en 2 tweets) - “Le premier objet, "le carnet de 13 mains" de Chalette, est assez mystérieux. Ce recueil est un assemblage de morceaux de peinture représentant des mains, toutes découpées dans des tableaux de Jean Chalette. Par qui et pourquoi ? On ne sait pas...” Musée des Augustins (Toulouse, France)

  • Bonne question ! Cela dépend de la définition de "le plus bizarre", mais je pense que l'objet le plus inattendu serait l'enregistrement que j'ai fait de la chasse d'eau des toilettes de Sigmund Freud…John Kannenberg, directeur du Museum Of Portable Sound (Angleterre)

  • Je ne sais pas si c'est le plus bizarre, mais nous avons un paquet de Blu-tack dans notre vitrine "Hacking, Modding & Emulation". Il est là pour parler de la façon dont les premières consoles ont été modifiées par les joueurs, mais il a déjà causé une certaine confusion !Emily R Marlow - Curator du National Videogame Museum (Angleterre) - Note : le Blu-Tack est un équivalent de la Patafix. Il est habituellement utilisé pour fixer des objets légers sur des murs ou des surfaces planes.

  • Pour exemple Architectural Beast, 2019 qui est réalisée par pas moins de 12 auteur·trice·s et donc n’a pas d’auteur attitré. A cela s’ajoute qu’en ce moment elle continue à muter grâce à un algorithme qui puise dans le monde entier des idées. C’est une œuvre jamais terminée.Damani Abdelkader, directeur du Frac Centre-Val de Loire (Orléans, France)

Voir aussi les réponses du Museum of Fine Arts, Boston (États-Unis), du Musée des sciences et de la technologie du Canada (Ottawa - Ontario - Canada), du Musée canadien de l’histoire (Gatineau, Québec), du Derby Museums (Angleterre) et du Royal Collection Trust (Angleterre)

Je remercie sincèrement les personnes qui ont répondues à ma drôle de question. De mon coté, j’aurais souhaité avoir plus de temps pour poser cette même question à beaucoup plus de musées. La suite peut-être l’année prochaine ?


2) Sans réserve/s 🎙️🎧

Avez-vous déjà écouté le podcast “Sans réserve/s“ ? J’ai interviewé Marlène Stricot pour que vous en sachiez plus…

Marlène Stricot, qui êtes-vous ?
Pourquoi le podcast "Sans réserve/s" et quel est le sujet de celui-ci ?

Je suis responsable des études au Quai des Savoirs et animatrice de l’un de ses trois podcasts natifs : Sans réserve/s, les coulisses de la médiation culturelle.

Ce podcast est fait par et pour “ceux qui font” sur le terrain dans les musées et les centres de sciences. Dans chaque émission, je donne la parole à deux invités pour qu’ils échangent sur leurs retours d’expériences et croisent leurs regards sur les mille-et-unes façons de partager les savoirs.

"Sans réserve/s" est actif depuis deux ans et demi (février 2019). Beaucoup de podcasts culturels disparaissent au bout de quelques mois. Quelles sont selon vous les raisons de sa longévité et comment a-t-il évolué au fil de ses épisodes ?

C’est un travail de longue haleine et de réajustements permanents. Depuis sa création, le podcast du Quai des Savoirs (c’était son nom au départ) n’a cessé d’évoluer. Comme pour une grande majorité de nos projets, nous avons mis en place une démarche de conception par l’usage: nous impliquons nos publics, testons, réajustons. Finalement, nous l’avons décliné en 2 podcasts pour des publics cibles différents avec des lignes éditoriales différentes.

Aujourd’hui, Sans réserve/s est clairement destiné aux professionnels de la Culture et de l'Éducation. Mais, même si sa forme est stabilisée, nous continuons de prendre en compte l’avis de nos publics… toujours en vue de nous améliorer et de répondre aux mieux à leurs attentes.

Une étude est d’ailleurs actuellement en cours. N’hésitez pas à y répondre. Même si vous ne l’avez jamais écouté ! Vos pratiques et avis nous intéressent.

Comment voyez-vous l'avenir des podcasts consacrés à la médiation culturelle ?

Je pense que l’on peut voir ce type de podcast comme un nouveau support de formation ou de contenus pour les professionnels. Un nouveau média pour avancer dans son travail et faire des “rencontres” !

Toutefois, beaucoup de podcasts souffrent d’un déficit de visibilité.

La visibilité des podcasts est un vrai sujet. D’autant plus qu’il y en a de plus en plus. Comment faire savoir à ceux à qui on s’adresse que l’on existe ?

Les partenariats me semblent impératifs (d’un point de vue éditorial et communicationnel). C’est un sujet sur lequel nous travaillons en ce moment. Affaire à suivre...

Vous recommanderiez quel épisode de "Sans réserve/s" pour débuter l'écoute du podcast ?

Sans hésiter, Les musées dans les écoles. Parce que le sujet est passionnant mais aussi parce qu’il s’agit de la première émission dans sa nouvelle version (ligne éditoriale plus claire, nouvelle équipe et nouveau partenariat avec Science Animation).


3) Flashs et retours ⚡🌐

Vous les avez peut-être ratées, Muzeodrome a compilé ces informations pour vous :

  • Ce week-end (les 18 et 19 septembre 2021) ce sont les Journées du Matrimoine. Journées qui “font écho aux Journées du Patrimoine pour faire émerger « l’héritage des mères » et rendre visibles leurs œuvres.”

  • Une webcam (Voir Muzeodrome n°53) pointant sur l’Arc de Triomphe de Paris a filmé la matérialisation de “L'Arc de triomphe empaqueté”, la nouvelle œuvre de Christo et Jeanne-Claude.

  • Actualité insolite découverte dans la newsletter Ocim Infos à propos de la statue de l'Homme Primitif des Eyzies. Emblème du Musée National de la Préhistoire (Eyzies-de-Tayac en Dordogne), la “sculpture monolithique monumentale de trois mètres de haut n'avait jamais subi de rénovation depuis son installation en 1931. Pour rajeunir le géant de pierre, on le rénove à la vapeur d'eau, et à la brosse à dent !” - extrait de l’article de France 3 Nouvelle Aquitaine consacré au nettoyage de la sculpture effectué sans produit chimique.

~ ~ ~ ~ ~

Merci pour votre attention. La suite au prochain numéro….

👉 Ne partez pas tout de suite - pour soutenir Muzeodrome - deux actions simples : signifier que vous aimez ce numéro en cliquant sur un 💜 (ci-dessous ou ci-dessus) et recommander l’infolettre (en cliquant ici).

👉 Si vous découvrez Muzeodrome aujourd'hui, abonnez-vous pour ne pas rater les prochains numéros.

A tout soudain,

Omer Pesquer { https://omer.mobi/ }

Ps : Merci à @dr_kouk pour sa relecture de ce numéro et des précédents.

Loading more posts…